En place depuis 2017 en France et désormais appliqué dans 7 pays, le dispositif Nutri-score fait l’objet de quelques critiques. Certains produits, en effet, bénéficient d’un bon score alors qu’en pratique, cela ne devrait pas être le cas. C’est pourquoi une mise à jour s’impose…

Nutri-score : mise à jour de l’algorithme de classification

Pour rappel, Nutri-score est un système d’étiquetage nutritionnel facultatif visant à informer rapidement les consommateurs de la qualité des produits, pour les orienter vers des achats plus favorables à l’équilibre nutritionnel.

Dans le cadre de ce dispositif, un algorithme détermine le classement des produits alimentaires sur une échelle de 5 couleurs, figurant sur l’emballage, allant du vert au rouge. Les aliments sont indexés en 5 catégories, allant de la catégorie A, figurée en vert, à la catégorie E, sur fond orange foncé.

Cet algorithme va évoluer à compter du 1er janvier 2023. L’objectif : permettre une meilleure notation des produits au vu des recommandations alimentaires.

Les modifications permettront, par exemple, de mieux répartir les notes des fromages et des huiles, en fonction de leurs teneurs en protéines, en sel et en acides gras saturés :

les fromages à pâte pressée les moins salés, comme le cantal ou l’emmental seront ainsi notés C et non D, tout comme les fromages à pâte molle avec une teneur réduite en sel ;l’huile d’olive, l’huile de colza et l’huile de noix, seront notées B et non C, en tenant compte des profils bénéfiques en acides gras de ces huiles.

Source :

Actualité de vie-publique.fr du 26 août 2022Communiqué de presse du ministère de la Santé du 29 juillet 2022Réponse ministérielle Détraigne, Sénat, du 11 août 2022, n° 297

Nutri-score : « apportez-moi la note ! » © Copyright WebLex – 2022

Generated by Feedzy