Le financement de la formation continue a été réformé depuis le 1er janvier 2015 : tout en continuant à assumer vos obligations légales en matière de formation, vous serez tenu de verser une contribution à un opérateur de compétences (OPCO) : pour quel montant ?

Participation à la formation continue : qui paie ?

Toutes les entreprises ! Dès lors que votre entreprise verse des rémunérations, elle est soumise à la participation à la formation continue, quelle que soit son activité, sa forme juridique ou encore son régime d’imposition.

Une distinction à faire… Les modalités de calcul de cette contribution sont toutefois différentes selon que votre entreprise compte un effectif de moins de 11 salariés ou au moins 11 salariés. Pour le décompte des salariés, vous devez retenir l’effectif calculé au 31 décembre, tous établissements confondus, qui est égal à la moyenne des effectifs déterminés chaque mois de l’année civile (tenir compte des salariés titulaires d’un contrat de travail le dernier jour de chaque mois, y compris des salariés absents).

Sauf… Il ne faut pas tenir compte, notamment et le cas échéant, des apprentis, des titulaires d’un contrat initiative-emploi, pendant la durée de la convention, des titulaires d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi pendant la durée de la convention, des titulaires d’un contrat de professionnalisation jusqu’au terme prévu par le contrat lorsque celui-ci est à durée déterminée ou jusqu’à la fin de l’action de professionnalisation lorsque le contrat est à durée indéterminée, des salariés mis à disposition par une entreprise de travail temporaire.

Participation à la formation continue : une contribution à verser

Une contribution unique à payer. Une entreprise relevant du secteur du bâtiment et des travaux publics qui emploie des salariés doit verser plusieurs contributions au titre du financement de la formation continue.

Cotisation CCCA-BTP. Désormais, à défaut d’accord entre les partenaires sociaux avant le 31 décembre de l’année précédant l’exercice, le taux de la contribution à la formation professionnelle est fixé, quel que soit le nombre de salariés que ces entreprises emploient, à :

0,30 % pour les entreprises du bâtiment ;0,22 % pour les entreprises de travaux publics.

Sur quelle base ? La base de calcul de la participation à la formation continue correspond à celle retenue pour le calcul des cotisations sociales : vous devez donc prendre en compte l’ensemble des sommes versées en contrepartie ou à l’occasion du travail, notamment les salaires ou gains, les indemnités de congés payés, les indemnités, primes, gratifications et tous autres avantages en argent, les avantages en nature, etc.

Si vous employez des salariés en CDD… Dans ce cas, vous êtes redevable d’une contribution spécifique, calculée au taux de 1 % sur la base des rémunérations qui leur sont versées (cette contribution n’est pas due si le CDD est suivi d’un contrat à durée indéterminée). La contribution doit être versée à un organisme paritaire collecteur agréé avant le 1er mars de l’année qui suit celle du paiement des salaires.

Sauf. Certains CDD ne sont pas pris en compte pour le calcul de cette contribution (notamment les CDD conclus dans le cadre d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi, d’un contrat d’avenir, d’un contrat de professionnalisation, d’un contrat d’apprentissage, etc.).

Attention. Si le montant de votre contribution est insuffisant, vous devrez régulariser les versements effectivement dus, votre versement étant majoré de l’insuffisance constatée.

Une déclaration. Avec la mise en place de la DSN, les informations relatives à la participation de l’employeur à la formation continue doivent être déclarées directement dans la dernière déclaration sociale nominative déposée au titre de l’année civile (en janvier N+1 en pratique).

En cas de désaccord. Les différends qui portent sur le contrôle et le contentieux de la participation des employeurs à la formation professionnelle continue sont gérés de manière identique que ceux portant sur la taxe sur le chiffre d’affaires : ils sont donc portés devant le juge administratif.

Participation à la formation continue : des actions à mener

Une obligation pour l’employeur ! D’une manière générale, vous restez tenu d’une obligation de formation à l’égard de vos salariés. Voilà pourquoi vous devez en permanence assurer l’adaptation de vos salariés à leur poste de travail, veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l’évolution des emplois, des technologies et des organisations et proposer des formations qui participent au développement des compétences.

A noter. Les dépenses financées dans le cadre de ces formations ne peuvent pas venir s’imputer sur les contributions dues au titre de la formation continue.

Attention. Le défaut de respect de cette obligation peut conduire un salarié à vous demander une indemnisation pour le préjudice subi du fait d’une absence de formation. Au-delà de cet aspect réglementaire, il ne faut, en tout état de cause, pas perdre de vue qu’assurer la formation des collaborateurs doit s’analyser comme un investissement pour l’entreprise.

A retenir

La participation à la formation continue est due par toute entreprise qui verse des rémunérations, ce qui suppose de payer une contribution à cet effet. Toutefois, cela ne vous dispense pas de mener des actions de formation à destination des salariés.

Sources

Articles 235 ter KA à 235 ter KD Bis du Code Général des ImpôtsArticles L 6331-1 et L 6331-2 et suivants du Code du TravailArticles L 6331-35 et suivants du Code du TravailArticles L 6322-37 et suivants du Code du Travail (CDD)BOFiP-Impôts-BOI-TPS-FPCLoi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale, article 10 (réforme financement formation professionnelle continue)Loi de Finances Rectificative pour 2014, n° 2014-1655, du 29 décembre 2014 (article 19)Loi de Finances pour 2016 n° 2015-1785 du 29 décembre 2015 (article 15)Loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, article 38Loi de Finances pour 2020 du 28 décembre 2019, n°2019-1479 : article 198Décret n° 2014-968 du 22 août 2014 relatif aux contributions des entreprises au titre de la formation professionnelle continueArrêt de la Cour de Cassation, chambre sociale, du 9 mai 2018, n° 17-14634 (contentieux de la participation de l’employeur à la formation professionnelle)

Generated by Feedzy